lundi 6 avril 2009

Démonstration de labour à cheval dans le vignoble Zind Humbrecht

"Ce Dimanche 15 Mars a eu lieu à Turckheim, dans le grand cru Brand et dans une parcelle Zind Humbrecht une démonstration de labour au cheval.C'est dès 9h30 que quelques vignerons, agriculteurs et curieux comme moi (euh ...je devais être le seul curieux) se sont retrouvés autour de Kitty, la jument que prépare Fabien Cailleaud qui s’occupe des chevaux sur le domaine Zind Humbrecht, lequel avait organisé cette journée.Lorsque j'arrive, Fabien Cailleaud discutait avec le bourguignon Oronce de Beler, patron d'Equivinum, le seul fabricant de matériel de labour à cheval en France à ce jour et qui soit spécialisé dans le travail de la vigne.
Oronce conçoit l'ensemble du matériel de A à Z, et en fabrique lui-même la quasi-totalité. Après avoir préparé la jument, Fabien fit un ferme "yup' " et d'un coup à gauche et hop on monte sur le Brand, le "vrai" Brand, ici nous nous arrêtons à mi-pente dans le virage (repérez le panneau Brand) où se trouve une parcelle Zind Humbrecht (repérez la borne du domaine). On retrouve là haut d'autres vignerons, je reconnais Claude Weinzorn ou encore Michel Ginglinger. Là commence la démonstration, au début un peu fébrile pour la jument starisée pour l'occasion, en effet elle n'a certainement jamais vu autant de monde autour d'elle pendant qu'elle travaille. Par rapport à un travail de la terre à cheval en plaine, la vigne en coteau présente certaines difficultés qu'il n'est évidemment pas aisé d'appréhender. Ainsi le matériel (socs notamment) que fabrique Oronce présente-t-il des différences par rapport au matériel d'un travail en plaine.
En tout cas, le labour à cheval ne s'improvise pas, on l'a vu ce Dimanche sur le Brand, et il est bien dommage que nous ayons entre temps perdu les techniques, et c'est là tout un savoir-faire à reconstituer. En bref, et partant du principe que la vin est dans le raisin, c'est à dire dehors, dans le coteau, un travail de vigne qui recherche le respect du terroir viendra à se tourner vers le cheval de trait. En effet cette méthode est bien plus douce et respectueuse de la terre, car les moyens conçus pour le travail de la vigne "traditionnel" sont "violents" et en fait inadaptés. Même en tant qu'amateur, on ressent la "douceur" de la méthode vis à vis de la terre et de l igne. Une bien enrichissante expérience que cette échange, même si bien des questions que je n'ai pu poser restent ouvertes."
Merci à Éric ( http://riesling.over-blog.com/article-29063368.html) pour le texte, à Fabien Cailleaud pour l'organisation et mon invitation, à tout les membres, sympathiques et chaleureux, du syndicat de éleveur du Trait du Haut Rhin (http://www.chevaldetrait68.org/), et au soleil de nous avoir honoré de sa présence!!!

1 commentaire:

  1. Bonsoir Oronce,

    Merci d'avoir cite les paroles d'un béotien, non pour ma pomme, mais pour que le grand public puisse constater les bienfaits du labour à cheval.

    En tout cas je continuerai de soutenir le labour à cheval et par conséquent vos démonstrations, car la méthode fait partie de la seule voie d'issue d'une viticulture de qualité.

    EricL

    RépondreSupprimer