mercredi 25 mars 2009

Les Fondamentaux: le chaussage des ceps

Voir la terre rouler sur un versoir est souvent très gratifiant pour le laboureur. il y a une certaine satisfaction à voir un cycle de la terre se clore après une vendange.

Tout est plus calme dans les vignes, et le meneur va pouvoir, avec à la fois douceur et assurance, accompagner la vigne dans sa quiétude dormance.

Le chaussage des Vignes:

Idéalement situé entre le mois de novembre et le mois de décembre, il consiste à renverser une bande de terre sur les ceps de vigne. On rase ainsi la vigne de chaque côté, au moyen d’une charrue vigneronne (ici le porte-outils EQUIVINUM monté avec le kit corps butteur). Il est alors nécessaire de passer deux fois simultanément dans chaque rang de vigne. Le cheval et le meneur font ainsi un aller retour. Comme pour le décavaillonnage de printemps, ce travail est relativement long. Prosper et moi, nous aurons mis 2 heure 30 pour chausser 15 ares de ce beau climat de Chambolle-Musigny. Si le cheval est en forme, il faut 3 jours pour chausser 1 hectare de vigne. Encore une fois, il est plus que nécessaire d'utiliser un amortisseur de traction pour ce travail. En effet on intervient après toute une année de travaux viticoles qui ont tassés l'inter rang. La résistance de traction, pour une bonne charrue (= un soc profilé qui soulève la terre + un versoir hélicoïdale qui la retourne sans la pousser), est de 35 à 40 kgs force. Quand la charrue touche une pierre cette résistance peut être multipliée par dix. Ces amortisseurs réduisent les chocs et vibrations ce qui réduit, les blessures pour le cheval, les tendinites pour les bras du meneur et les casses matérielles. Sans oublier le plus important, qui est de moins user le mental de votre compagnon de travail.



Le chaussage des vignes necessite une charrue très bien réglée. C'est de loin l'outil le plus fastidieux à régler. Car il y a beaucoup de parametres qui rentrent en jeu. La hauteur de la roue avant règle la profondeur de travail. L'inclinaison du crochet indique la direction à votre charrue. Le réglage vertical du manche vous donne le bon effet de levier pour maintenir la charrue dans son sillon. Le réglage latéral influence aussi la bonne direction de l'outil. Il vous reste a appréhender la bonne inclinaison du sabot pour que la charrue ne cherche ni à trop piquer vers le fond, ni à sortir du sillon au premier caillou rencontré. Mais contrairement au labour de plein champ, le labour des vignes n'est pas totalement académique. La profondeur de labour est souvent superficielle par rapport à la largeur de terre travaillée. Une charrue travaille idéalement quand le versoir est correctement remplis de terre. Il faudra parfois faire quelques entorses aux régles de base.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire